fbpx
Frais de port unique de 3 euros 😘
Passiaman quand patienter rime avec s'amuser !

Interview : Passiaman

Des jouets qui transforment l’attente en un moment inoubliable ! 

 

Bonjour tout le monde, cette semaine, nous partons à la rencontre d’Elise et Delphine, les créatrices de la marque Passiaman. Une marque de jouets pour apprendre aux enfants les vertus de la patience. Ensemble, nous avons parlé de toute la genèse de l’entreprise, de l’idée au lancement de cette belle aventure, de l’importance de cultiver la patience, de la fabrication des produits, d’ulule, du covid  mais aussi de leurs futurs projets.

Je vous souhaite une bonne lecture !

 

 

Interview Elise et Delphine, les créatrices de Passiaman

 

Peux-tu te présenter ainsi que ton entreprise ?

Passiaman est une aventure familiale. Elise et Delphine, ma sœur et moi avons crée Passiaman, il y a à peu près 1 an, début 2020.

Je m’appelle Delphine, je viens tout juste d’avoir 40 ans, je suis maman de 3 enfants. Elise a bientôt 37 ans et maman de deux enfants. Moi je travaille dans la communication et Elise travaille plutôt dans le service client et les relations commerciales. Elle dans les cosmétiques, moi dans le secteur du Luxe. On s’est lancé dans l’aventure Passiaman en parallèle de tout ça, deux vies professionnelles en une.

 

Comment l’aventure “Passiaman” a-t-elle commencé ?

Même si on avait un peu commencé à travailler sur le projet fin 2019. Cela s’est fait petit à petit, ça a vraiment débuté avec la recherche des fournisseurs, en pleine période de covid, courant avril-mai. Nous avons lancé notre instagram en juillet pour commencer un peu à parler de la marque.  

 

Qu’est ce qui t’as donné envie d’apprendre les vertus de la patience aux enfants ?

Apprendre les vertus de la patience aux enfants est venu tout simplement en observant nos enfants et les enfants autour de nous. C’est vrai qu’on vit aujourd’hui dans un monde très digitalisé. Les enfants ont un peu accès à tout, tout de suite, ils ont beaucoup de mal à attendre. On avait envie de leur transmettre, que ces moments d’attente sont aussi des moments plaisirs. De comment rendre ces moments qu’on apprécie, et qu’on chérit et qu’on a presque plus hâte, que de la finalité qui va passer en un clin d’œil. C’était vraiment ce qu’on avait envie de dire et de transmettre à nos enfants.

L’idée est venue avec ma fille de 10 ans, à qui on faisait intervenir cette petite Elka, qui permettait à Chloé de patienter pendant la période de Noël. Ce personnage est un peu devenue la mascotte de la famille. Il est venu renforcer certains moments, faire patienter certains autres moments, tout aussi longs. C’est comme ça qu’on a eu l’idée. Et face à l’enthousiasme de nos amis, nous nous sommes lancées dans l’aventure.

 

Peux-tu nous parler de ton processus créatif ? Est-ce que le personnage en bois, Elka est né avant ou après l’écriture de l’histoire ?

L’histoire est tout simplement celle que je racontais à mes enfants. Le petit lutin qui travaillait au pôle nord pour le père noël, cette période de l’année et qui venait passer du temps avec les enfants, pas pour les “fliquer”, pour savoir s’ils étaient sages ou non (ce n’est pas tout à fait le message que j’avais envie de transmettre) mais plutôt pour passer un bon moment.

Pour devenir le messager, l’intermédiaire avec l’adulte ( nous-même ). On lui suggère de lui laisser un petit message, laisser un dessin à Elka. Et à nous de répondre, via un petit message ou autre pour le lendemain matin.

 

 

Interview, Passiaman quand patienter rime avec s'amuser !

 

 

J’ai travaillé avec quelqu’un pour mettre l’histoire en mots car ce n’est pas mon métier. Et puis, on a cherché une illustratrice, et on a eu un gros coup de cœur. On n’a pas hésité, on a travaillé avec Jeanne, qui nous a fait notre super illustration d’Elka, Emma et Léo.

 

Pour financer ce beau projet, tu as réalisé une campagne ulule, est ce ta première expérience ? Comment le projet a t-il été accueilli par le public ?

Je connaissais Ulule sans avoir participé à des projets, je regardais ça de près. Je trouvais le principe très intéressant, cela permettait tout de suite de tester son projet et son produit. Le lancement s’est fait via une campagne de financement participatif sur ulule avec en parallèle un gros travail sur les réseaux sociaux pour se faire connaître, parler du concept via des influenceurs. Ça a été un franc succès, on a vendu plus de 800 petites Elka sur ulule, et encore 400 après la campagne. Ça a été très intense. On faisait tout nous-même, l’emballage, les expéditions…

 

 

 

Interview créateurs de Passiaman
 
 
 
 
 
 
 

 La grande majorité des jouets sont fabriqués en Asie. A-t-il été un defi pour ta petite entreprise de faire fabriquer Elka en Europe ?

On tenait particulièrement à ce qu’on soit un projet responsable, éthique, solidaire. On a fait très attention dans le choix de nos fournisseurs, aux matières… Notre petite Elka est fabriquée en Europe, au sud de Prague. On n’a pas réussi à trouver un atelier chantier d’insertion dans le centre de la France.

On utilise des matières recyclées ( les petits pochons sont des anciens draps que l’on recycle) les bonnets de nos petits Elka sont en tissus oeko-tex. Les papiers sur lesquels on imprime sont des papiers FSC, une vrai démarche écoresponsable. De même, nos livres sont imprimés en Italie et tous nos outils de communication, en France.

 
 
 

2020 a été une année intense pour beaucoup d’entreprises, est ce que le covid-19 et la crise économique ont perturbé le fonctionnement de ton entreprise ?

Pour nous, le COVID a certainement joué en notre faveur et notre défaveur. On devait participer à des salons, auxquels on n’a pas pu participer, on ne pouvait pas être sur les marchés. Certains projets avec d’autres entreprises n’ont pas aboutis comme on le souhaitait, on a eu pas mal de freins mais en même temps, avec une certaine résilience, on a su rebondir, être opportuniste, travailler sur les réseaux sociaux, continuer à communiquer, auprès de la presse. Et finalement, nous sommes très contentes du premier lancement de Passiaman. 1200 Elka vendus en l’espace de 3 mois, c’est pour nous, une réussite, un vrai succès.

 

Quels sont tes projets, ambitions, pour cette nouvelle année ?

 Pour 2021, l’idée c’est donc de retrouver Elka, pour de nouvelles aventures, de retravailler Noël prochain, de développer un maximum la visibilité, de se faire connaître et de réfléchir à d’autres produits qui viendraient compléter la collection ” Passiaman Noël”, l’enrichir. Tout cela en essayant de co-créer avec ce qui nous suivent, ceux qui nous apprécient, ceux qui nous aiment et répondre à des besoins.

 

 

Interview Passiaman : des jouets pour apprendre la patience

 

 

 

Vous pouvez retrouver Elise et Delphine sur instagram  😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *