fbpx
Frais de port unique de 3 euros 😘
Peluches uniques et pleines d’amour, réalisées à la main dans mon atelier parisien — temporairement délocalisé en Ardèche

Portrait Créatrice : MaisonTschiTschi

créatrice de peluches de collections 

 

Bonjour tout le monde, on se retrouve avec la deuxième saison d’interviews de créatrices-créateurs français. Toujours dans le but d’apporter un peu de visibilité aux petites entreprises françaises, et mettre en avant l’artisanat. Aujourd’hui nous partons découvrir le travail de Marie derrière le compte instagram @maisontschitschi  qui fabrique de charmantes petites peluches dans son atelier parisien ! Marie nous partage les coulisses de son entreprise créative.

 

 

Peluches maisontschitschi , interview de sa créatrice dans son atelier parisien

 

 

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Marie, j’ai 22 ans et je suis créatrice textile à mes heures perdues.  

D’où te viens ta passion pour les peluches ? Qu’est-ce qui t’as donné envie d’en fabriquer et d’ouvrir ta propre boutique etsy ?

Pour répondre à cette question il faut que je vous raconte un peu ma vie : Lorsque j’étais enfant et ado j’ai touché un peu à tous les loisirs créatifs, de la céramique à la peinture, en passant pas la couture. Je confectionnais des vêtements pour mes poupées, je peignais des superbes croutes que j’affichais dans le salon de mes parents, j’offrais des petits bijoux en perles à tout le monde. Disons que les activités manuelles occupaient bien mes weekends. Lorsque j’ai commencé mes études j’ai tout laissé tomber sous prétexte que ce n’était pas une activité « sérieuse » – j’ai préféré passer mes weekends à ficher des bouquins de géopolitique. Mais avec le temps ça a commencé à me manquer, et j’ai eu le besoin de recommencer à fabriquer des choses. Au début je me suis remise au tricot, tout doucement, puis à la couture. Je confectionnais surtout des choses pour moi. Mais rapidement ça ne m’a plus suffi : je voulais partager et créer aussi pour les autres. Ce sont mes amis qui m’ont poussée à ouvrir ma boutique Etsy : j’y pensais depuis longtemps, mais j’avais du mal à sauter le pas!

C’est très naturellement que je me suis tournée vers les peluches. Quel que soit le média je préfère créer du figuratif, donner vie à un personnage. J’aime beaucoup l’idée qu’un enfant puisse regarder une de mes peluches et lui imaginer des sentiments, une histoire, un caractère.

 
 

Parle-nous de ton processus créatif, comment naissent les souris, dans ton atelier ?

 

Je puise beaucoup de mon inspiration dans la littérature jeunesse et les albums pour enfants. Lorsque je crée une peluche, je pars toujours d’un récit, d’une petite histoire que j’invente et qui me fais marrer « Ce serait l’histoire d’une bande de souris hyperactives… » 

Les idées me viennent souvent en fin de journée, mais je suis plus productive le matin. C’est à ce moment là que je passe derrière ma machine à coudre et que je fabrique mes peluches. J’ai la chance d’avoir pu aménager un petit atelier dans mon logement parisien. Ce n’est pas bien grand, mais c’est déjà bien : un grand plan de travail, et de nombreux tiroirs pour ranger mes coupons de tissu, perles, rubans, papiers…

 

Interview créatrice de l'entreprise maisontschitschi

 

 

 

De quoi es-tu la plus fière dans ton entreprise?

Je suis fière de l’avoir lancée pour commencer ! J’ai dû lever de nombreuses barrières psychologiques pour oser parler publiquement de ma passion et de mes projets créatifs. D’un côté, dans le milieu académique et professionnel où je suis, ce n’est pas quelque chose qui est valorisé. J’avais l’impression que ce n’étais pas une activité « sérieuse ». De l’autre côté je me sentais aussi illégitime vis-à-vis des artistes et artisans qui ont suivi une formation professionnelle avant d’exercer leur profession. Moi je suis autodidacte, et mon parcours académique est très éloigné de mon activité de créatrice. 

J’ai encore beaucoup de mal avec la question de la légitimité de mon travail, que je remets continuellement en cause. Ouvrir mon compte Instagram, puis ma boutique Etsy ont été de grandes victoires pour moi. 

 

Quelle est la création de ta boutique qui t’as donné le plus de fil à retordre ? Et celle dont tu es la plus fière ?

Les lapins m’ont donné des maux crâne ! Il m’a fallu des dizaines de prototypes pour arriver à concevoir le modèle que j’avais en tête. J’avais une idée précise de ce que je voulais : un personnage longiligne, des membres fins, des oreilles dressées sur la tête… J’ai dû relever de nombreux défis techniques pour arriver à créer ça, en ayant des peluches à la fois telles que je les imaginais, et suffisamment solides. 
 
 
 
 
Interview de Marie Tuffery
 
 
 
 
 

Quelles sont les Créatrices/ Créateurs favoris sur instagram ?

@petite.prunelle pour ses poupées adorables 

@meganivygriffiths pour ses broderies poétiques 

 

Quel a été ton plus grand défi avec la Covid? ?

Pour moi la Covid a plutôt été une chance, du moins au début. J’ai créé MaisonTschiTschi et mes premiers prototypes pendant le confinement du printemps. Ce fut une période ressourçante, qui m’a permis de faire le point sur mes projets, et qui m’a donné le temps de préparer la création de ma petite entreprise. Sans la Covid, je ne sais pas si j’en serais là où j’en suis aujourd’hui. 

Cela dit la situation sanitaire est aussi un gros frein car elle nous empêche de vendre « en présentiel ». La plupart des marchés et évènements de l’automne ont été annulés, alors pour le moment je suis limitée à la vente en ligne…

 
 

De chaque épreuve de la vie, nous en retirons toujours une leçon, que retiens-tu de positif de cette dernière année écoulée ?

J’avais très peur de l’accueil qui allait être fait à Maison Tschi Tschi et je me m’attendais au mieux à de l’indifférence. Ça a été tout le contraire : j’ai été impressionnée par la bienveillance des gens, par les messages que je reçois chaque jour et auxquels je réponds maladroitement car toujours étonnée que quelqu’un prenne le temps de m’écrire. On parle trop souvent de la haine en ligne, on oublie parfois que les réseaux sociaux peuvent aussi être une source immense de soutien, d’entre-aide et de motivation. 

Ce que je retiens donc de cette année : le monde est (sauf exception) plutôt bienveillant. Il ne faut pas avoir peur d’oser partager ce qu’on aime, car on trouvera toujours une communauté bien intentionnée pour y répondre. 

 

Interview entreprise française de peluches de collection, maison Tschi Tschi
 

 

Quels sont tes ambitions/projets pour ta boutique ? Quels sont tes rêves pour ton entreprise?

A court terme j’aimerais créer mon propre site internet. La plateforme Etsy est très pratique, et on y trouve de nombreux professionnels, mais j’aimerais avoir une boutique en ligne qui ressemble plus à mon univers

 
 

Enfin quelles sont les dernières actualités de ta boutique ?

De nombreuses personnes m’ont suggérée de mettre en vente les patrons de mes peluches, et j’y pense de plus en plus! Affaire à suivre… 

 

Vous pouvez retrouver Marie sur son instagram ou sa boutique etsy😉

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *