fbpx

Portrait Créatrice :  Têtes de Coton 

Je poursuis la série d’articles sur le blog avec la troisième interview de créatrices-créateurs français ( du groupe fb privé « les petites entreprises créatives » ) .

Afin de mettre à l’honneur le savoir-faire artisanal français et vous faire découvrir de nouvelles personnes talentueuses, vous donnant l’occasion de découvrir leur travail et leur boutique. Et qui sait, peut-être que cela vous donnera aussi l’envie de vous lancer aussi dans une entreprise créative.

Pour cette troisième interview, je vous présente Vanessa, la créatrice de la boutique d’accessoires couture, Têtes de Coton !

Qui se cache derrière « l’atelier tête de coton »?

Vanessa : J’ai 33 ans, mariée et mère de trois enfants de 7 ans, 4 ans et 10 mois. Je vis au Bourget du lac depuis quelques mois. Notre chemin de vie nous a menés à beaucoup déménager mais aujourd’hui nous sommes très heureux entre la montagne et le lac. Un cadre de vie idéal pour être avec nos enfants au plus près de la nature … Infirmière puéricultrice de formation, j’ai commencé ma carrière à l’hôpital (service de réanimation pédiatrique). A la naissance de mon deuxième enfant, j’ai tenté un nouveau défi en prenant la direction d’une crèche. La naissance de mon troisième enfant nous a convaincus de quitter Lyon et nous voici arrivés au Bourget du lac. Le timing était parfait pour lancer officiellement l’entreprise Têtes de coton.

Comment as-tu eu l’idée de te lancer?

J’ai été initiée par ma meilleure amie Elsa Bourguignon (alias Linfraise) en 2016. Nous faisions de la couture pour le plaisir et puis petit à petit j’ai commencé à avoir des demandes et surtout je me suis aperçue que j’adorais ça … Je cousais toute la journée dès que j’avais un temps libre même si mon travail était très prenant. Notre installation au Bourget dans un appartement plus grand, la vie à 5… c’était le moment ou jamais de tenter l’aventure parce que j’y réfléchissais depuis un long moment déjà. Le projet était déjà très structuré.

Que trouve t-on dans ta boutique?

On y trouve des articles de puériculture mais pas seulement. J’essaie de diversifier l’offre également pour les adultes. En puériculture je propose des gigoteuses, des protège carnet de santé, des cols amovibles, des barrettes, etc … Je souhaite aussi rester en accord avec mes deux grands principes qui respectent l’environnement à mon échelle, je suis consciente qu’on ne peut pas être parfait mais quelques petits actes de la vie quotidienne sont toujours mieux que rien du tout (lingettes lavables, cotons réutilisables, pochette à savon et protections hygiéniques, etc …). Mon deuxième principe est ma formation de puéricultrice qui m’amène par exemple à refuser de créer des articles qui ne garantissent pas la sécurité de nos enfants comme par exemple les tours de lits. J’essaie d’allier mes compétences sur la pédagogie à mon métier de créatrice. Les jeux d’imitation, mon « mémory des émotions », des coussins de colère, etc …

 Comment as-tu appris la couture?

Ma meilleure amie m’a initié il y a quelques années sur sa machine, j’ai adhéré immédiatement… Têtes de coton est né au départ avec elle c’est pour cette raison qu’il existe un « S » à têtes. Nous étions deux au départ et puis nos chemins de vie ont fait que j’ai pu me lancer, mais ça n’était pas encore le moment pour elle

Quel moment est né cette passion?

En 2016 ça a été un coup de foudre immédiat

Comment as-tu commencé à vendre? (amis, réseaux sociaux, marchés etc …)

Au début j’ai surtout vendu à mon cercle d’amis restreint, des collègues de boulot, la famille. Petit à petit le bouche à oreille a fonctionné puis j’ai ouvert une page Facebook pour toucher un public plus large et mon site internet.

A quoi ressemble ton espace de travail, peux-tu nous le décrire?

Jusqu’à présent, j’avais un bureau dédié pour les machines et la table à manger me servait l’espace de découpe. Mais là nous avons investi pour un atelier sur mesure… J’ai tellement hâte… Il y a du bois clair et du blanc comme sur beaucoup de mes photos. J’aime ce côté clair, pastel, épuré. Une verrière et des poignées blanches en porcelaine pour ce côte vintage que j’adore également, en somme un atelier à mon image … 

Quelles sont tes comptes Instagram chouchous, ceux que tu aimes suivre et qui donnent de l’inspiration?

Atelier « roseanna » j’adore ce qu’elle crée je trouve son univers doux et de qualité, « deux petites princesses » pour ce côté vintage et pastel, « tout doux d’ola » surtout pour son feed que je trouve très joli. .. « Les yeux fripons » j’aime beaucoup leurs illustrations épurées et pastels.

En cette nouvelle année, quels sont tes projets pour ta boutique?

Je souhaite développer mon chiffre d’affaire et pour ça, trouver différents moyens de vendre pour que cela reste humainement possible. Actuellement je vends à 99% des commandes personnalisées (depuis mon site internet  www.tetesdecoton.fr et en direct par MP sur les réseaux sociaux) que je produis donc une fois la commande passée. Je cherche donc à développer également de la vente avec un stock déjà disponible, anticiper des participations aux marchés et avoir une vision claire des éphémérides et les photos d’activités qui peuvent apparaître (fête des mères, pâques, Noël bien sûr)

As-tu des revendeurs, où peut-on retrouver tes créations?

Pas pour le moment mais je vais essayer de me renseigner pour comprendre un peu plus la démarche et surtout voir si c’est intéressant pour moi de passer par ce biais là.

Quelle est la création dont tu es la plus fière?

Ma gigoteuse Valentine, c’est la première qui m’a vraiment ouvert de très nombreuses commandes. Je la trouve originale et très « girly »… Mes petits nœuds aussi je les adore mais c’est un article très commun même si la forme que j’ai créée me plait beaucoup!

Et mon  » mémory des émotions « , j’ai tellement travaillé ce projet, il est tellement en accord avec mes valeurs, j’aimerais que tout le monde puisse comprendre ce jeu comme un temps précieux d’échange avec son enfant.

Memory créatrice Tête de coton

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.